14/04/2008

Bilan

Comme un funambule je jongle sur le fil tenu de ma vie, équilibriste un peu fou, peu sûr de lui derrière les paillettes mon personnage avance et se crée une histoire. Mais les yeux sont tristes et le cœur lourd. Combien de farces ne fait-on pour cacher ce qui nous pèse ?

 

Comme Monsieur Loyal derrière la couche de grimage je cache qui je suis, ce que je ressens. Comme lui la carapace artificielle que je me compose de toute pièce me protégeait des rayons trop mordants, des pluies acides et des mauvais moments.

Mais on ne peut jouer un rôle toute sa vie….je le sais. Difficile à accepter, se mettre à nu c’est aussi se mettre en danger…et quand on doute de tout, de soi, de l’amour qui vous entoure et même de ses propres pensées, comment admettre que plus aucune peau virtuelle ne devrait vous accompagner ? Difficile, même à deux, dans ces conditions, d’avancer sans se faire mal, d’oser sans trébucher, d’entreprendre sans renoncer.

C’est alors que la vie vous fait signe, que le destin s’en mêle, que la bonne étoile qui paraissait me suivre se rappelle à moi….

 

Le funambule vit son fil prendre des couleurs d’acier, Monsieur Loyal vit sa peau enfin respirer sans artifice, la petite fille timide se sentit soudain digne d’intérêt. C’est un cadeau énorme à 36 ans que de recevoir un signe pareil…un signe qui vous dit qu’il est temps de croire en soi, au bonheur, à l’amour des autres. Croire qu’enfin oui on peut être soi sans la peur d’être jugée, on peut aimer sans devoir tout mesurer, on peut enfin respirer….Voir qu’on peut être entourée, que certains peuvent avoir l’envie de vous faire plaisir, de prendre le temps de vous confectionner un objet de rêve simplement parce que c’est vous, parce que c’est nous…Incroyable découverte….énorme gonflement d’un cœur malmené par des années de doutes, de mensonges et de balivernes….je me sens prête à soulever des montagnes, à accepter cette hospitalisation qui m’est nécessaire, à simplement vivre sans jugement…

 

« Sans jugement » ce sont des mots qui reviennent souvent ces derniers temps non ? Si si je m’en rends compte aussi….mais c’est enfin ce qui m’arrive : ne plus être jugée, ne plus craindre de me retrouver dans des cahiers de notes sordides, analysée et sous-pesée comme un bestiau idiot par des gens oisifs et sans vie qui se prétendaient si bien, tellement mieux….

 

Dans quelques années j’en rirai, c’est sûr. En attendant les épreuves à venir me donnent des raisons d’avancer et de me focaliser sur le présent. Chaque jour peut-être un cadeau, chaque jour peut aussi être le dernier….

 

Alors parce qu’on ne dit pas assez l’importance que les gens prennent tant qu’il est encore temps (tiens ça me rappelle quelque chose ça) je vous le dis : vous qui en quelques mois avez pris une telle place ou vous qui après des années ne m’avez pas oubliée vous êtes ces petites lumières qui éclairent mon chemin, ces petites lucioles qui m’aident à croire en demain.

Jamais je ne saurai vous rendre ce que vous m’offrez maintenant mais je m’y emploierai, jour après jour, parce que je fais partie de ces illuminés pour lesquels les gens comptent, pour lesquels l’amitié, l’amour, la tendresse, ne sont pas des mots vains. Je suis touchée de vous voir me porter de la sorte et Dieu (s’il existe) sait si j’en ai besoin …

 

Merci à vous d’être là

Merci d’être vous

Merci pour ces petits clins d’œil et ces grands moments partagés

Et écrivons ensemble la suite de l’histoire sur des pages vierges de toute mesquinerie ;)

decoration

23:33 Écrit par vivie dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.